© Abyssins de la Combaz d’Aymon
Les Abyssins de la Combaz d’Aymon
Vôtre
Abycalement
L’AMYLOÏDOSE (Sources : site de l’AACAS, par le Docteur vétérinaire F. Perez-Rey) Les Abyssins souffrent de certaines maladies génétiques dont la plus grave et probablement la plus répandue est l’amyloïdose rénale. Il s’agit d’une maladie génétique provoquée par la présence dans le génome, c’est à dire dans l’ensemble des gènes, d’un gène qui entraîne son apparition. Cette maladie se traduit par le dépôt progressif d’une substance amyloïde dans l’organisme du chat. Chez   l’Abyssin,   les   conséquences   de   l’accumulation   de   cette   substance   amyloïde   se   manifestent   essentiellement   au   niveau   du   fonctionnement des   reins.   En   effet   le   dépôt   de   subtance   amyloïde   dans   le   rein   entraîne   le   développement   d’une   insuffisance   rénale   progressive   et   irréverssible évoluant à plus ou moins longue échéance en insuffisance rénale aiguë entraînant la mort de l’animal. Malheureusement,   l’Abyssin   atteint   d’amyloïdose   meurt   jeune,   en   moyenne   autour   de   l’âge   de   cinq   ans,   cet   âge   pouvant   varier   entre   un   et   dix ans. C’est ce qui fait que cette maladie soit si grave, non seulement pour l’animal lui-même et pour ses maîtres, mais pour l’avenir de la race entière. POUR EN SAVOIR PLUS  : http://www.abyssin-somali.com/pages/veto/amyl/accueil.php POUR AIDER LA RECHERCHE : http://www.abyssin-somali.com/amyloidose.php
LA PKdef ou  PYRUVATE KINASE (PK) DEFICIENTY (Sources : site de l’AACAS) Derrière   ce   nom   barbare,   se   cache   une   maladie   héréditaire   susceptible   de   frapper   Abyssins   et   Somalis   (mais   rencontrée   également   chez   le   chien ou les chats ordinaires. La   pyruvate   kinaze   est   un   enzime   permettant   aux   globules   rouges   de   synthétiser   l’énergie   nécessaire   à   leur   survie.Lorsque   cet   enzyme   vient   à manquer,   la   durée   de   vie   des   globules   rouges   est   dramatiquement   diminuée,   ce   qui   conduit   à   leur   raréfection   dans   l’organisme.   On   parle   alors d’anémie. LES      SYMPTÔMES    :   La   conséquence   principale   de   la   PKdef   est   donc   une   anémie,   mais   celle-ci   ne   saute   pas   forcément   aux   yeux,   car   l’organisme peut   rapidement   compenser   la   perte   de   cellules   par   une   production   augmentée   et   l’anémie   passer   ainsi   inaperçue.   D’ailleurs   la   plupart   du   temps, celle-ci   est   légère,   ou   alors   survient   progressivement   permettant   au   chat   de   s’y   adapter   sans   montrer   de   signes   cliniques   particuliers.   Elle   peut aussi frapper ponctuellement. La   maladie   s’accompagne   parfois   d’autres   symptômes   aussi   imprécis   qu’une   fatigue   passagère   ou   encore   une   légère   perte   d’appétit,   par   toujours décelée par le maître. Autant dire que dans bien des cas, la PKdef peut n’être découverte que tardivement dans la vie d’un chat… POUR EN SAVOIR PLUS  : http://www.abyssin-somali.com/pages/veto/pkdef/pkdef.php POUR AIDER AU DÉPISTAGE : Laboklin GmbH & Co KG z.Hd. Herr Dasch Prinzregentenstrasse 3 97688 Bad Kissingen Allemagne tel +49 971 7202 0 fax +49 971 68 546 http://www.laboklin.de e-mail : mueller@laboklin.de Université de Pennsylvanie : Dr Urs GIGER/PK Veterinary Hospital / Room 4006 University of Pennsylvania 3850 Spruce Street Philadelphia, PA 19104-6010 USA tel. +1 215 898 8894 ou +1 215 898 3375 fax +1 215 573 2162 e-mail : penngen@vet.upenn.edu

Pour en venir à bout…

On peut envisager d'en venir à bout en testant le plus grand nombre de chats afin d'identifier les positifs (N/PK et PK/PK), en mettant en place des programmes d'élevage intégrant ces chats afin de ne pas appauvrir les lignées, donc en ne les mariant qu'avec des chats indemnes (N/N) pour ne pas conduire à la naissance de chatons susceptibles de développer la maladie (ceci à condition que cela ne nuise pas à l'état de santé des reproducteurs bien sûr). C'est également pour cela que la stérilisation systématique des porteurs n'est pas une solution et ne devrait concerner que les chats destinés à la compagnie et/ou ne présentant pas d'intérêt pour la reproduction.
LA PRA ou ATROPHIE RÉTINIENNE PROGRESSIVE (Sources : site de l’AACAS) L'atrophie   rétinienne   progressive   (PRA)   est   une   affection   génétique   qui   existe   sous   deux   formes    chez   le   chat   abyssin   ou   somali,   chacune   ayant son propre mode de transmission génétique. La   première   forme ,   qui   n'a   été   décrite   qu'en   Angleterre,   se   transmet   de   façon   autosomale   dominante   et   peut-être   détectée   précocement   (dès l'âge de 4 à 5 semaines). Cette forme est la plus rare. La   seconde   forme    est   autosomale   et   récessive   et   sa   détection   ainsi   que   les   signes   cliniques   qui   accompagnent   la   maladie   sont   beaucoup   plus tardifs, avec une évolution plus lente. Elle est de ce fait beaucoup plus insidieuse. C'est malheureusement la forme la plus répandue... La   PRA   est   une   dégénérescence   progressive   touchant   la   rétine.   Chez   les   chats   atteints   d'atrophie   rétinienne   progressive,   les   photorécepteurs   se développent normalement mais dégénèrent ensuite, ne remplissant plus dès lors, leur rôle essentiel pour la vision. Elle   débute   par   une   baisse   graduelle   de   la   vue,   touchant   en   premier   lieu   la   vision   nocturne,   puis   diurne,   évoluant   enfin   vers   une   cessité   totale entre l'âge de trois à cinq ans. POUR EN SAVOIR PLUS  : http://www.abyssin-somali.com/pages/veto/pra.php   POUR AIDER AU DÉPISTAGE : Biofocus - Institute for Molekular Oncology                                                       LABOKLIN GMBH & CO.KG and Laboratory Medicine                                                                                       Dr. Petra Kühnlein ou Dr. Ines Langbein-Detsch                    Berghäuser Str. 295                                                                                                 Steubenstraße 4 45659 Recklinghausen                                                                                             97688 Bad Kissingen Allemagne                                                                                                                  Allemagne Tél. +49-(0)2361 3000 121 ou 222                                                                          Tél. +49 971/ 72020 Fax +49)0)2361 3000 162                                                                                         labogen@laboklin.de   wagner@biofocus.de                                                                                                http://www.laboklin.de http://www.biofocus.de  
© Abyssins de la Combaz d’Aymon
Abycalement
Les Abyssins de la Combaz d’Aymon
Vôtre
Abycalement
Les Abyssins de la Combaz d’Aymon
Retour au menu Retour au menu
L’AMYLOÏDOSE (Sources : site de l’AACAS, par le Docteur vétérinaire F. Perez-Rey) Les   Abyssins   souffrent   de   certaines   maladies   génétiques   dont   la   plus grave et probablement la plus répandue est l’amyloïdose rénale. Il   s’agit   d’une   maladie   génétique   provoquée   par   la   présence   dans   le génome, c’est à dire dans l’ensemble des gènes, d’un gène qui entraîne son apparition. Cette    maladie    se    traduit    par    le    dépôt    progressif    d’une    substance amyloïde dans l’organisme du chat. Chez   l’Abyssin,   les   conséquences   de   l’accumulation   de   cette   substance amyloïde       se       manifestent       essentiellement       au       niveau       du fonctionnement   des   reins.   En   effet   le   dépôt   de   subtance   amyloïde dans    le    rein    entraîne    le    développement    d’une    insuffisance    rénale progressive   et   irréverssible   évoluant   à   plus   ou   moins   longue   échéance en insuffisance rénale aiguë entraînant la mort de l’animal. Malheureusement,    l’Abyssin    atteint    d’amyloïdose    meurt    jeune,    en moyenne   autour   de   l’âge   de   cinq   ans,   cet   âge   pouvant   varier   entre   un et dix ans. C’est   ce   qui   fait   que   cette   maladie   soit   si   grave,   non   seulement   pour l’animal   lui-même   et   pour   ses   maîtres,   mais   pour   l’avenir   de   la   race entière. POUR EN SAVOIR PLUS : http://www.abyssin-somali.com/pages/veto/amyl/accueil.php POUR AIDER LA RECHERCHE : http://www.abyssin-somali.com/amyloidose.php